19 octobre 2014

Tournoi international XXL

Bonjour,



Le CPB Rennes Handball vous propose une offre club pour le Tournoi International XXL de Nantes qui se déroulera le 9 et 10 janvier 2015 à la Halle XXL de Nantes.
'voir auprès de Chaque entraîneur (pour la 3 et 4 manu et sam et pur la 5 et 6 lucas et jean paul) Attention, il y a une date impérative<<<;
Le règlement est à faire par chèque bancaire à l’ordre du Cercle Paul Bert Nord-Ouest Handball et à faire parvenir au secrétariat du club, dans une enveloppe, au nom de Martine Andrieux (Trésorière du club) avant le 26 novembre 2014.



Programme du tournoi :

Vendredi 9 janvier 2015 :

- 18h45 : France / Argentine  

                  

- 21h00 : Algérie / Macédoine

Samedi 10 Janvier 2015 :

- 15h30 : Place 3/4

- 18h00 : Finale



Lieu : Parc des Expositions – Nantes

Lien de commande : Cliquez ici


Pour une fois que l'équipe de France n'est pas loin de chez nous.Cela serait super sympa d'être présent pour ceux qui peuvent;

Je trouve cela sympa le Vendredi soir. le Club aura ce prix qu'à partir de 50 places prises.

Cela peut être un beau cadeau de Noël.


Bien cordialement

Marco



16 octobre 2014

Match CPB5-Gévezé: 33-29



Match un samedi soir à la Motte ça faisait longtemps.
Une nouvelle équipe: Jeannot, Philippe, Jo, Gillou en renfort, Selim, Fred, Thomas, Benjamin, Marco et Tangi (alias le porteur de maillots arrivé en retard a cause d'un mossieur qui voulait essayer de voir comment ça faisait de faire un tonneau au milieu de la rocade...).

Première mi-temps: 
nous n'avons pas de coach, pas de pivots et peu d'ailiers donc on aligne une équipe à l'ancienne sur la base arrière et plus jeune a l'avant et on verra ce que ça donne.
Cette première mi-temps est marqué par le manque d'opposition en attaque ou bcp de nos actions aboutissent, quand leur gardien ne nous les sort pas (au début du match). Par contre notre défense est assez poreuse dans les premières 20mn et ils s'accrochent au score avec 3-4 buts d'écart en notre faveur. 
Un petit coup d'accélérateur nous permettra d'arriver à la mi-temps au score de 18-11.

Débriefing:
En attaque leur côté gauche défend bcp moins bien où Selim, Benjamin et Jeannot ont trouvé les espaces facilement.
En défense, se resserrer plus car ils arrivent au 6m pour tirer n'ayant aucun tireur de loin!

2nde mi-temps:
Ils reviennent à 4 buts du fait de balles perdus, de jeu trop facile. 
Sinon que dire de cette mi temps. On est resté à 4-5 buts d'écart en dehors d'une petit coup de booste à +7 (31-24). Alors qu'un seul de leur joueur arrière gauche a fait tout le jeu pendant cette mi-temps. L'arbitre a sortie les 2 mn, 7 au total dont 3 pour le même joueur.

Conclusions (les miennes et j'attends vos commentaires):
- bon match en attaque, de belles actions des nouveaux joueurs et les anciennes combinaisons qui fonctionnent toujours. Tout le monde a marqué à ma connaissance.
- Je tiens juste à préciser que nous avons ce problème nouveau qui est celui d'avoir une quantité importante d'arrières cette année. Donc certains joueurs ne jouent pas à leur poste de prédilection. Pour clarifier la chose je pense qu'il serait préférable d'ajuster autant que possible les équipes en fonction également des postes et que chacun désigne son poste au début du match pour que tout se passe pour le mieux.
- les ailiers comme souvent ont eu bcp moins d'occasions que la base arrière dans ce genre de match ou la défense adverse n'est pas au top. Messieurs les coachs et entraîneurs je vous laisse à vos méninges pour réussir à solutionner tout ça!
-la défense a été un de nos points faibles sur ce match alors que l'opposition était faible, je pense que ce point sera à travailler car on va se prendre de sacrés surprises chez les cadors de la poule.

Cotisants du jour
Jeannot, Phillipe, Selim, Marco: 2min chacun
Tangi:3x2mn

Goodberg/Freesberg: attribués à qui?


Bonne semaine

06 octobre 2014

Résumé match HBD2 vs CPB5

J’ai donc été désigné par l’ensemble enfin le créancier de l’équipe pour écrire ce résumé sous peine de sévices, réprimandes et plein d’autres choses…..

Le CPB5 s’est donc présenté en ce beau dimanche avec une équipe complète avec des anciens, des nouveaux et même un renfort de la 4 grâce à Willou (renfort qui sera payant, a voir par la suite)

L’équipe de HBD2 a été largement renouvelé mais leur équipe ne semble pas impressionnante du moins par leurs gabarits.

JP est donc en difficulté pour annoncer l’équipe de départ non pas par ces pertes de mémoire ponctuelles (cf  la mi-temps) mais par le nombre de joueurs qui s’offrent à lui.

On commence donc par une équipe solide en 6-0 en défense avec décision d’annoncer des combinaisons pour bien débuter.

L’efficacité est au RDV , nous menons au score sans difficulté.

Petit défaut de la défense le manque de soutien lors de la circulation de balle.

En attaque, un taux d’échec important mais nous arrivons à maintenir le score en notre faveur.

A la mi-temps, les consignes de JP sont simples:
- coulisser en défense
- monter les ballons
- tirer entre les pieds du gardiens car grâce à un savant calcul de notre banquier marco l’orientation à 86° de ces pieds permettra de marquer le but dans tout les cas ( théorie qu’il a mis en pratique à la fin de la 1ere mi-temps)

Début de 2eme mi temps: comme d’habitude on fait l’inverse des consignes en prenant un cinglant 2-0

L’équipe se ressaisit en défense et par la même occasion en attaque.

On prend le large et l’objectif des 30 buts et remplit tout comme la cagnotte grâce à l’effort de willou qui prend un 2 minutes pour avoir défendu sur un repli (à quand les amendes pour les non replis….).

Victoire définitive 30-23 et surtout 3eme match sans défaite

Goodberg: Philippe pour son tir sous la barre, habituellement il vise le gardien pour qu’i rentre avec la balle dans le but

Freesberg: je l’avais annoncé c’est distribution gratuite ;-)

- Lucas et moi pour nos moignons
- Fabien: pour une fois qu’il avait des ballons la réussite n’a pas été au RDV. Peut être que le conseil de marco l’a troublé
- Tangi: mal conseillé par certains, la réussite en contre attaque l’a fuit
- Philippe: le mur et la barre transversal ont porté plainte pour coups et blessures
- Selim: une belle lucarne à l’aile mais l’hommage à Herrib avec une zone était de trop

Pour les amendes: Willou 2euros pour 2 minutes et …..( je laisse le grand patron décidé si il y en aura d’autre)


Sinon pour conclure: l’équipe est en train de naître avec de bons renforts continuons dans cette voie

Bonne soirée

05 octobre 2014

Journal du CPB6: premier match, première défaite. Janze - CPB6, 15-12

Chacun pourra consulter la feuille de match.

Le score laisse penser qu'un match de poussins (3 fois 10 mn) s'est déroulé en lieu et place du match de la poule A du championnat honneur départemental seniors masculins. Il n'en fut rien, les équipes étaient bien composées de sujets adultes, et pour certains, adultes mûris.

Alors, comment comprendre la faiblesse du score et la défaite du CPB6? (question angoissée soulevée ce jour au même titre que "d'où venons-nous et où allons-nous?", "comment comprendre l'infini?", "pourquoi la tartine beurrée tombe-t-elle toujours du mauvais côté?").

Les équipes:

JANZE avait renforcé son équipe de joueurs de l'équipe 1 (qui faisait relâche ce week end); elle comportait Jocelyn, un joueur expérimenté, arrière gauche jouant le rôle de meneur (il y fera toute la saison, au côté de son fils, vibrionnant joueur rencontré l'année passée, absent ce samedi).

Le CPB6 bénéficiait du concours du sémillant Philou, régional de l'étape, parlant le poulet dans le texte et dès lors, à même de nous permettre de communiquer avec les autochtones (cette blague est facile, c'est certain ...), de l'élégant et nonchalant Jean Mi, néo régional de l'étape mais non polyglotte et de Gilou, comme toujours efficace, un griot au pays du hand ayant accumulé une longue expérience (plus longue que sa barbe). L'équipe accueillait aussi le jeune Thomas, nouveau venu dans la galaxie, à ce point timide qu'il a décliné l'honneur de rédiger le présent compte rendu (on y reviendra!).


La défense de JANZE, l'attaque du CPB6:

JANZE a défendu en 0 - 6 (6 - 0 pour qui aime regarder le jeu depuis les buts) lors des deux mi-temps. Les joueurs étaient de haute taille pour la plupart (0,9 sur l'échelle de Fred quand nous nous situons, en moyenne, à 0,7), assez rugueux, vifs en tout cas au point de se replier.

La défense coulissait toutefois assez mal en se concentrant au centre (là où portait d'ailleurs une part essentielle du jeu du CPB6). Elle a donc régulièrement dégagé des espaces sur les ailes (plus de la moitié des buts du CPB, en considérant les tirs des arrières venus en position d'ailier).

Face à cette défense, le CPB6 a, en première mi-temps, trouvé de larges et opportunes occasions, au centre comme aux ailes, mais, et ce point est essentiel, a accusé un taux de réussite aux tirs proprement catastrophique, sans doute inférieur à 30%. 

Des immanquables furent manqués (alors, ils n'étaient pas immanquables, les immanquables ...), pour la plupart des tirs à 6 mètres, décalage réalisé, au centre ou en excentré. 

Aucun nom ne sera avancé, mais si le lecteur venait à insister, alors, il faudrait citer Jean Mi (rourou), Sam (rhorho),  Math (vroum plouf) ou  Nico (splash), en épargnant Herrib (pas de zone...); une mention spéciale serait accordée à  JB , capable de  un-contre-uns ravageurs, étonnants et rapides, qui venait échouer en ratant la cage ou trouvant le gardien. Ainsi, l'un des facteurs du faible score est-il d'abord un échec au tir du CPB 6, proprement étonnant. La première mi-temps, conclue par un 10 (JANZE) - 6, aurait du mener le CPB largement devant d'au moins 5 buts.

En seconde mi-temps, le jeu d'attaque fut bien moins percutant. Les occasions se raréfièrent parce que la circulation devenait plus lente et heurtée (ah ces dribbles qui ralentissent ..., ces passes un peu incertaines). JANZE devenait aussi plus rugueux (voir les 2 mn accumulés) et la fatigue jouait. Nico s'est ainsi retrouvé percé de toutes parts, saignant, suant et pestant.

Au total, en dehors des dernières minutes qui virent une accélération du jeu (et permirent à Math d'enchaîner deux buts), le reste du temps fut marqué par une circulation assez vaine de la balle, malgré des tentatives "espagnoles". Le pivot n'a pas été trouvé (mais pour autant, Thomas, servi, seul face au gardien, s'inscrivait dans la logique de la première mi temps et ratait son tir ...). Sam réussissait un penalty (certes un sur deux, mais au total, le taux d'échec n'avait plus rien à voir avec celui de la première mi temps).

Lors des deux mi-temps, le CPB6 n'a pas réussi à opérer des montées de balles rapides, qui auraient pu mettre à mal JANZE (quelques déchets en fin de montée de balles ont pesé lourdement).

On notera enfin qu'à défaut d'arrières capables de tirer à 9 / 10 mètres (Jeannot, nous regretterons toujours ton absence...), la ligne d'arrières a cherché les intervalles -et les a trouvés régulièrement  malgré une défense ramassée- pour tirer dans les 9 mètres. Cette tendance n'a pas permis de dégager d'espace pour le pivot voire les ailiers, sollicités souvent avec retard.


L'attaque de JANZE et la défense du CPB6:

JANZE s'appuyait sur Jocelyn (numéro 9 pour ceux qui liront la feuille de match), qui animait l'attaque, par des croisés réguliers et quelques fixations à 9 mètres.

Les ailiers étaient peu mobilisés, de même que le pivot. Il n'y eu aucune contre attaque sérieuse.

Sans doute le parquet extrêmement glissant (gamelle mémorable de Herrib) a-t-il freiné les un-contre-uns et réduit  la capacité de perforation de l'attaque de JANZE mais pour autant, la défense du CPB6 a très bien tenu.

Le CPB6 a défendu en 0-6 (ou 6 - 0...) sauf en seconde mi-temps; Philou puis Thomas ont alors pris Jocelyn en défense individuelle. Philou, en défense avancé, a par ailleurs gêné de nombreuses transmissions de balles. Pour le reste, la ligne a fait preuve d'une grande cohésion. On déplorera cependant que les bras ne furent pas toujours levés...

Gillou a réalisé de beaux arrêts (dont un arrêt sur Jocelyn, à 6 mètres). Il a ainsi directement et efficacement contribué à annihiler l'attaque. Il a porté la défense en la guidant de sa voix de stentor ...


Quelques conclusions:

Le CPB6 n'a pas démérité dans son jeu d'équipe; il reste évidemment à travailler la circulation de balles (et le positionnement des joueurs dans ce cadre, notamment du pivot) pour la rendre fluide et l'abriter des pertes.

Il a réussi quelques phases, par des rentrées d'ailiers qui dégageaient les ailes ou par des enclenchements d'espagnoles mais ces derniers sont restés encore inachevés.

Il a su assurer une défense compacte, mais les bras devront être plus levés...

Les échecs cruels ont concerné les tirs, les tirs et les tirs...

Au total, pour gagner le match, outre une réussite au tir (au moins pour atteindre le minimum syndical), il nous aura surtout manqué un canonnier à 9 mètres, capable de faire monter la défense adverse pour créer des espaces, et de dégager rapidement son ballon.



03 octobre 2014

PENSER A AMENER UNE PIÈCE D’IDENTITÉ


Equipe 5 : Match contre HBD 2 Gymnase rapatel RDV sur place à 15h15 en tenue

- Tangui
- Willou
- Lucas
- Marco
- Fabien
- Joachim
- Louis
- John
- Philippe
- Selim
- Mathieu S
- Jeannot

Coach : JP
Ballon : Tangui
Maillot : ?


Equipe 6 : Match contre Janzé 2 à la salle des sports rue pierre et Marie Curie RDV à 17h45 sur le parking de décathlon de Chantepie ou 18h30 sur place.

- Herrib
- Fred
- Nico Boishu
- Sam
- math
- JB
- Jean-mi
- Thomas  Prigent
- Nicolas Gallou
-Gillou
- Phillou

Coach : ?
Ballon : Quelqu'un a pris mais je sais plus qui ^^
Maillot : ?

SI VOUS ALLER SUR PLACE PRÉCISEZ LE SVP.
Si personne ne se propose pour les maillots je désignerai comme je vous l'ai dit en début de saison.

Bon match à tous
Lucas

24 septembre 2014

Journal CPB6: match gagné contre REDON, 20 septembre 2014

20 - 0, trois points. Le CPB6 est à ce point terrifiant qu'il dissuade ses adversaires et gagne sans combattre.

Grande victoire donc de l'équipe.

La recommandation est directe et simple: il faut se sortir rapidement du délayage pour jouer un vrai championnat avec des équipes qui souhaitent gagner et seront présentes du début à la fin.

L'objectif est clair: gagner tous les matchs.


Journal CPB5: match gagné contre US BAINAISE 2, 21 septembre 2014

L'essentiel, la feuille de match,  est à l'adresse suivante:  http://www.ff-handball.org/fdm/J/A/L/Z/JALZGWL.pdf

L'US Bainaise 2 a donc été battu par 30 buts à 18, un score sans appel qui traduit un certain déséquilibre des forces mais masque aussi quelques flottements du CPB5. Alors, de quoi ce match a-t-il été révélateur?

Un préalable utile pour qui voudra lire le reste de cet article: l'auteur, Herrib en l'occurrence, moi-même ci-devant administrateur du blog, dispose d'une mémoire fort sélective, sinon trouée par l'émergence d'un syndrome Alzheimer supposé, tout au moins organisée pour viser l'essentiel.

 Il n'y aura donc nulle anecdote croustillante, aucune description des nombreuses pertes de balles, passes dans le dos ratées, exercices solitaires déroulés sous les yeux étonnés de coéquipiers à l'arrêt, nulle évocation des replis incertains, tardifs, lents et miraculeusement non sanctionnés par un but adverse (car Bain ne courrait pas ...). Il n'y aura nulle acrimonie des ailiers qui furent contenus dans le rôle de composition, difficile à exécuter, de plantes vertes.

La seule anecdote, nécessaire pour comprendre le choix du narrateur, tient en ces quelques mots: Herrib a réussi le prodige de faire une zone dans son camp (mais on oubliera la relance sur John, fugace gazelle qui jouait la contre attaque, relance parfaitement exécutée, ou presque).

Le préalable s'achève ici.

Voici donc les éléments majeurs.

En premier lieu, l'équipe de Bain s'est avérée composée d'un joueur, quadragénaire efficace et puissant, Damien, qui distribuait, tirait et marquait. Il y eut d'autres joueurs pour réussir quelques tirs mais l'essentiel tenait à un joueur, dont la mobilité restait effective mais tempérée cependant par le poids des années. Il sera donc l'homme du match, pour sa persévérance et sa gentille bonhomie.

En second lieu, l'équipe CPB5 s'est résumée en 4 joueurs, appliqués à jouer un voire deux schémas,  qui fonctionnèrent: la news et l'ancienne. Les années de complicité ont joué, tout comme la vivacité d'un Tangi qui vibrionne et perce les défenses hésitantes. Tangi est une référence pour qui cherche une illustration au mot "vivacité": vivace d'esprit, capable de réparties fulgurantes, dribbler fou, médecin malgré lui et grand adepte du rock & roll, il est l'homme du match, avec Damien.

En troisième lieu (mais combien de lieux seront donc évoqués ici?), la puissance de Philippe s'est illustrée en de nombreuses reprises (y compris un tir qui fit reculer le gardien dans ses buts); on oubliera un pastis car même les plus grands artistes peuvent échouer en certaines circonstances. Philippe a tiré, fort, très fort, parfois perdu et perplexe devant les mouvements de Marco (mais qui ne le serait pas parmi ceux qui n'en ont pas l'expérience longue et patiente?).

En quatrième lieu, Marco a joué du Marco, piquant au centre pour mobiliser les défenseurs, réussissant (ou non) des passes dans le dos. Nul baineux (habitant de Bain?) ne s'interposait. Marco, transfiguré, n'a contesté aucune décision de l'arbitre. Le 21 septembre, date anniversaire de la mort de Virgile grand poète latin, est donc aussi la date de naissance d'un nouveau Marco, assagi et presque mutique (enfin, il ne faut pas exagérer).

En cinquième lieu, les pivots ont pivoté, bénéficiant du désordre qui régnait dans une défense agitée par les trajectoires transverses de Marco pour l'essentiel. Dans un souci d'égalité, ils ont marqué le même nombre de buts. Ils ont reçu des balles, ratés quelques tirs, mais, sous la magie d'une loi dite des grands nombres, ils sont arrivés à faire progresser le score.

En sixième lieu,  Jo a réalisé quelques arrêts, pour des tirs parfois puissants et souvent lents; il n'a certainement pas démérité, relativement peu sollicité mais présent.

Enfin, le reste de l'équipe, les plantes vertes, a profité du match pour courir un peu; placées sur le terrain, elles ont pu observer le balai des arrières et pivots en retenant leurs "oh", "ahh", "ouais" admiratifs.

Enfin bis, mon ami Sam, droit sur le bord du terrain, a accompagné le mouvement d'ensemble, se gardant d'exercer quelque forme d'autoritarisme que ce soit: la formule fonctionnait alors pourquoi tenter d'ordonner un peu plus la course des astres?

Victoire facile donc, qui peut générer une certaine griserie et laisser penser que le reste de la saison sera ainsi aisé à négocier. Mais l'essentiel est ailleurs: le pot de troisième mi-temps fut plaisant et organisé, chacun allant jeter sa bouteille de verre dans le puits insondable du CPB.

Forza CPB!






22 septembre 2014

Redon2 11 - 21 CPB4

Résumé du match par le chevalier Thierry

            Cette épique aventure commence pour notre compagnie à l'arène de Géniaux. Tandis que Sir Cyrille, Sir Philou et Sir Tonio se rendent directement sur place, la suite de la garde se retrouve afin de monter dans des chariots communs. Les chevaliers qui se sont rejoint ont pu admirer le vol des sorciers français qui rendait la route dangereuse car les cavaliers ne faisaient plus attention aux rochers ou aux racines qui pouvaient déstabiliser les montures.


            Je ne décrirai pas le voyage aller dans le chariot de Sir Willou car nous n'étions pas à portée de cor. Cependant le trajet du chariot de Sir Gael a été ponctué de plusieurs évènements marquants. Il commence par un tour de piste au circuit de Lohéac ou nous croisons les étalons des sorciers. Nous croisons donc les écuries de Sir Ferrari, Porche, et autres pur(s)-sang(s). Puis, les 180 chevaux du chariot de Sir Gael se sont désordonnés, cela à couté un petit temps de pause et une discussion sur comment régler le problème. La solution sera trouvé 2 min après, où Sir Gael fouetta les chevaux qui repartirent de plus belle. Emporté par notre élan, et la carte n'étant pas assez précise, nous nous retrouvons dans le hameau de Saint nicolas de redon. Leur marché est par ailleurs plus grand que nous pensions, ce que nous expliquons par le croisement des 3 grands Duchés.
           

            Et voilà comment  nous nous retrouvons à l'arène de Redon. Alors que nous espérions encore pouvoir nous montrer devant le peuple de la grande cour dans le stade principal, nous nous dirigeons à notre grand désespoir en direction du stade secondaire qui, malgré une terre plus que correcte, les gradins pour nos spectateurs se restreignent à 2 troncs d'arbre déracinés par la dernière tempête. Nous entamons donc l'échauffement des chevaliers. L'équipe se constituent des chevaliers : Philou, Cyrille, Gael, Momo, Tonio, Pierrick, Willou, Denis, Thierry et du Duc Sam qui nous honore par sa présence après avoir remporté une importante victoire avec son autre garnison peu de temps auparavant. Le choix a été fait de placer 6 chevaliers dans leur armure d'apparat verte sur le champ de bataille et de replacer Sir Thierry en tant qu'arrière garde pour empêcher les soldats de fuir. Celui-ci ayant fait une telle performance la bataille précédente, et ceci jusqu'à la dernière seconde, que ce choix était logique et sans risque.

            C'est ainsi que la bataille commence. Les soldats des deux camps commencent un rude combat qui durera environ 6 tours de sablier. Après un brillant départ de Sir Cyrille qui touche son adversaire d'entrée de combat, la suite nous amènera à penser que les chevaliers sont entrés dans une période de grande courtoisie. C'est à dire que par bonté envers les adversaires de ce jour, les chevaliers refusent le combat ou alors font demi tour devant l'arrière-garde ennemie. Et nous voilà donc à la fin du premier tour de sablier, ce combat honorable nous mène à  un résultat phénoménal de 1 touche à 0. Dans les minutes qui suivent, le combat s'accélère et les vaillants combattants de Redon passent en tête pour la seule fois du match avec 3/2. Les chevaliers du Duc Sam ne peuvent pas laisser leur honneur sali par des serfs. Les voilà montant sur leurs destriers pour infliger un violent 8/1  qui nous emmènera à un repli des adversaires au bout de 3 tours de sablier à une nette avance 10/4.


            Les consignes de la trêve sont alors données pas le Duc Sam. Il faut continuer les attaques rapides et efficaces. Il finit sur le mot «  si on continue comme ça on changera les gardiens »
Et bien le mot d'ordre est donné ! Rien  n'a été changé et au bout d'un petit sablier, l'écart est monté à ( attention suspens)  12/4 !! et oui encore 2 impacts en ce laps de temps !  La deuxième journée de combat commence donc comme la première et se finit de la même manière avec un écart conséquent (21/11)  mais qui aurait pu être plus dominateur si leur arrière garde n'avait pas été là pour réaliser un pourcentage insolent. (je pense dans les 60%)




Événements marquants :

        L'arrière garde adverse étant très proche des dernières lignes, le Chevalier Tonio essaiera de le prendre par surprise en demandant à son cheval de sauter par dessus ! Mais celui n'ayant pas tout compris aura sauté dans la rivière en contrebas. (ce qui lui vaudra la freesberg)
        Plusieurs arrêts d'épée réalisée à mains nues (pastis) contre les soldats adverses qui me vaudront la goodberg.
        Une contre-attaque collective menée en duo par Sir Cyrille et Sir Willou qui l'aura rejoint pour mettre un terme à la suprématie de la dernière ligne de défense.
        Le Duc Sam, dans son infinie bonté, est venu participer à la fête et s'est repris a deux fois pour passer l'arrière garde Redonnaise ce qui aura été bénéfique car il permet l'expulsion d'un ennemi s'étant approché un peu trop de la catapulte.
        Un mage surveillant les gestes non honorables ne devait pas être assez proche du combat.
        Sir Pierrick adore s'envoyer en l'air sur son cheval mais ne maitrise pas encore les obstacles qui peuvent surgir.

Points positifs :
        Une grosse défense.
        Peu/pas de pertes de balles.
        On a réussi à se mettre en position de tir régulièrement
Points à améliorer :
        Trop d'échecs aux tirs devant un bon gardien.
        Un début de match trop mou.
        Des combinaisons qui n'aboutissent pas encore.