06 décembre 2015

CPB7 - OC MONTAUBAN, drame en 4 actes

Synoptique de la pièce représentée le 5 décembre 2015, au théâtre LESSEPS, 18h30 - 20h00.


Auteur: FFHB ligue de Bretagne, Comité 35 - championnat Département première division
Metteur en scène: Sylvain
Eclairage, décors: Max (et sa charmante assistante)
Dialogues: Pascal

(nous remercions ces intermittents du spectacle, membres de la troupe CPB4, qui ont bien voulu consacrer un peu de leur temps, de leur énergie, de leur talent, pour assurer le déroulement du spectacle dans des conditions qui ont ravi les deux spectateurs venus braver le froid]


Acteurs:
  • Gardien de But : Gilou (un roc, un pic, un Cerbère)
  • Ailiers: Fred, Thomas P (par ailleurs pivot intermittent), Thomas G
  • Arrières: Thomas Q, Mamadou, Noman (par ailleurs ailier, pivot, scénariste, dialoguiste, confident), Herrib (par ailleurs capitaine et plus que cinquantenaire).
8 acteurs donc pour le CPB7. Il manquait cruellement le jeune premier Ousseni (les raisons de son absence n'ont pas pu être élucidées....).

Premier acte: de la furie qui nous submerge





Huit minutes, pas plus et OC MONTAUBAN mène 5 - 0. L'équipe est très jeune, très galopante, très agile; elle défend en 1 - 5 et sait couper toutes les trajectoires, intercepter les balles, assurer les montées rapides et clouer un héroïque Gilou, dernier rempart face aux hordes furieuses.

Le CPB7 à l'inverse est lourd à manœuvrer: peu de mouvements des latéraux, des ailiers enfoncés, un pivot invisible.Rien ne permet de transpercer une défense souple et rapide.







Deuxième acte: du rétablissement

Le CPB7 se ressaisit; finalement, les joueurs alignés ne se connaissaient au départ mais l'épreuve les stimule, avive leur sens du devoir, rehausse leur imagination. les premiers buts arrivent, l'écart reste constant puis se réduit progressivement.

OC MONTAUBAN récupère moins de balles et en attaque, son jeu placé est contré pour l'essentiel. Pour l'essentiel ... car il reste un pivot qui coulisse librement et pèse lourdement. 

L'écart revient à 3 buts, peut-être 4 (il faudra relire le script de la pièce).


Le CPB7 commence à percer la défense juvénile mais les dieux qui régissent la trajectoire des ballons ne lui sont pas favorables, pour Thomas Q (le dieu agissant est le dieu des pigeons), pour Herrib (le dieu concerné est le dieu des montants de cage); le chevalier Mamadou voit son destrier piétiner régulièrement (plusieurs "marchés" sifflés); le vaillant Noman persévère, Thomas marque (Thomas est un pseudonyme collectif; il s'agit cependant de Thomas G).

Troisième acte: l'accalmie


La mi-temps intervient pour marquer une transition. Entre le cataclysme, le rétablissement et la seconde mi-temps, les dieux ont été consultés et ont livré quelques forts conseils. Pascal les a écoutés et sait porter leur parole. Max soutient, Sylvain sylvanise comme lui seul sait le faire. L'équipe CPB7 songe au grand Sam: qu'aurait-il fait en pareille circonstance (lui qui était prévu au casting mais a préféré les Trans ou quelque repas de famille dont nous ignorons tout!).



Mamadou donne de la voix et éclaire le chemin. "On va les taper" s'exclame-t-il. Noman, avec le sens du dialogue qui le caractérise, répond immédiatement: "ouais". Tout est dit. Les anciens se recueillent (Gilou et Herrib) et se réconfortent avec force camomille. Les Thomas, ensemble mystérieux, restent songeurs. Fred est dans les hauteurs.

Quatrième acte: la charge triomphale, CPB7 22, OC MONTAUBAN 21


La seconde mi temps reprend, toujours sans grande possibilité de rotation. La fatigue est provisoirement oubliée car les fortes paroles de Mamadou, et sa détermination farouche, galvanisent les troupes.

Et les exploits arrivent: Fred marque plusieurs fois (4 fois) car des espaces se dégagent, Mamadou pousse et presse, Noman s'engage, Thomas G lui-aussi bénéficie d'espaces et Thomas Q arrive à régler son tir (enfin, pas toujours...).




OC MONTAUBAN doute, bredouille, bafouille, boutrouille et s'enlise. L'écart se réduit et, à 11 minutes de la fin, CPB7 passe devant.









Cinquième acte: de la répétition du premier acte


La fatigue joue à plein. A ce point critique du drame, les acteurs n'ont plus de vivacité. Thomas Q est placé en détention pour 2 mn (il avait fait l'objet d'une première condamnation pour être sorti du terrain en dehors de l'espace ménagé). Tout bascule alors, soudainement, comme une branche qui ployait et se rompt, comme l'élastique du slip de Nico quand ce dernier prend 1 kg, comme l'échine de Jeannovic quand le poids de la charge devient trop important. 

Gilou est de nouveau seul face aux déferlantes. Il sauve quelques buts, efficace et élégant, il vitupère, il harangue, mais la troupe est lasse.

L'OC MONTAUBAN reprend son schéma de départ: il intercepte, pousse les ballons et marque. Peu à peu, En face, le CPB7 ne sait plus temporiser car chacun veut sauver la bataille; le chevalier Mamadou pousse et pousse encore. Le sage Noman tente de le raisonner mais l'issue devient fatale.





Mot d'acteur de ce drame:

Tous les acteurs ont été à la mesure de leurs capacités. Chacun a joué en essayant de faire au mieux, dans un contexte rendu difficile par l'absence de banc, face à une jeunesse débordante et vive. Il aura manqué:
  • une réussite aux tirs (qui se prépare notamment par un positionnement ad hoc, une circulation patiente),
  • une attaque qui joue de la mobilité, notamment par des croisés, pour éviter le blocage que réalise le défenseur avancé en 1 -5, et des appuis des ailiers et pivot qui peuvent venir aider la ligne arrière,
  • une défense qui sait éviter le glissement des pivots dans le dos de l'arrière qui monte au contre,
Il aura surtout manqué un travail en commun aux entraînements, pour favoriser la cohésion.
Merci à Pascal, Max et Sylvain (par ordre alphabétique).

2 commentaires:

Nicolas Boishu a dit…

C'est bien ce que je disais, on est au délà d'une ligne :)
Mais le résumé est magnifique!

Quentin D a dit…

Du grand herrib !